Paradise Of Sims

Un paradis pour parler de sims et autres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Les inscriptions sont désormais fermées et les utilisateurs sans messages ont été supprimés. [10.08.11]
Félicitations à Tilly, la gagnante du concours, et merci à tous pour votre participation !


Partagez | 
 

 01 - Prélude.

Aller en bas 
AuteurMessage
Junnie

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 21/02/2011

MessageSujet: 01 - Prélude.   Sam 9 Avr - 20:43

Avant de commencer, je pense qu'il faut que je vous prévienne. J'aime le niais, je suis folle, je ne vis pas dans le même monde que 90% du forum, j'ai un humour pourris et il faut avoir été groupie pour comprendre une réaction groupique, par conséquent vous ne pouvez pas comprendre mon histoire par moment, vous pouvez être perdue, être atteint d'une démense sans égale en commençant à lire mes ramassis de conneries et vouloir vous tirez une balle devant mon orthographe ma dysorthographie.
Maintenant je vous aurez prévenue, je ne suis aucunement responsable des dommages que votre cerveau subira en traînant par ici. Evidemment je serai très heureuse que vous me lisiez et j'espère donc que vous ne ferez pas attention à ce qui précède, mais comme je tiens pas à vous décevoir... (a). Ahhh et aussi. Je ne maj pas du tout régulièrement. Vous êtes prévenue pour ça aussi.

Ensuite, comme je suis une sale admin chieuse, invivable, ingérable, qui embête plus qu'autre chose mais qu'on doit respecter quand même (et que les autres admins ont pas intérêt à m'enlever du groupe car à la base Paradise Sims si on remonte au toute base c'est moi, eh oui eheh !) bien moi je vais changer la donne.
Je veux du flood. Ou plutôt vous embêtez pas car j'adore ça, ca fera vivre mon topic et je m'amuserai à lire donc ma foie. Et deuxième point plus technique en fait : Ma fiction n'est pas spécifique au forum. Mais elle ne l'est pas à un blog. What i wan to say is, je l'ai déjà posté sur deux autres forum, surtout un. Et je ne compte pas faire de blog donc pas de lien à mettre. Cependant comme les mondes sont totalement differents je mettrais pas votre lien sur Sarang Azn. J'vais pas diriger des gens accro à leur Oppa, Noona, Unnie vers des... Sims. C'est pas logique. XD Donc désolé, cependant soyez pas surpris si un jour vous tombez sur un forum avec 10 chapitres d'avance de ma fic.

Pour finir, oui, c'est long je sais. Lola représente ma meilleure amie, peut être que vous l'avez connu elle a aussi fait partie du monde sims sous le pseudo de Saena et July me represente. Cette histoire a germé dans ma tête et a vu le jour lorque que ma siamoise était chez moi au moi d'octobre 2010. Saena a aussi participé au scénario et parallèlement j'ai participé au scénario de sa fiction à elle. Dernier point, assez important : Ce qui est écris en gras représente les paroles dites en anglais, français, blabla tel qu'elle sont écrites. Il se peut que je mette directement de l'anglais, ce sera donc en gras. Les paroles en italiques, elles, représente uniquement la langue natal, le coréen. Ca va être très importants lors d'un passage donc pensez y ! n__n Sur ce j'espère que ça vous plaira; Enjoy ! ~ (Si vous n'avez pas cochez la case "toujours accepter l'html" dans votre profil vous allez avoir des soucis pour me lire.. .Vous savez quoi faire!)




Chapitre 1
Partie I : Point de Vue July




« Il fait froid. J’ai froid ! Argh bon sang, je suis où ? Lola ! »

J’ai envie de pleurer. Je suis en Corée pourtant, mon rêve depuis combien d’années déjà ? Trois, ou quatre... Non, plus. Enfin, ça a toujours été mon rêve et maintenant j’y suis. Pourtant j’arrive à vouloir pleurer. Ma famille, ma meilleure amie et ma maison me manquent ! Ma meilleure amie justement, elle devait venir me rejoindre, mais évidemment, cette boulette a oublié de renouveler son passeport, de le mettre à jour. Je vais donc devoir patienter encore une semaine ou deux. La connaissant, ce sera un mois. Même si elle me répète que je lui manque, je la connais ma Lolo, ça fait quinze ans qu’on se connait, c’est pas rien ! Ben, même si elle me le répète, je sais qu'elle sera pas pour autant plus vite ici !
Je me souviens, c’était la maternelle, dernière section ! J’étais arrivée trois jours après la rentrée officielle, pour bien commencer l’année. On s’était vraiment connues lors des «classes de mer». On avait partagé la même chambre, et moi, effrayée par mes cauchemards d’enfant, je la réveillais en créant un bordel monstre. Il fallait que nous fuyions : il y avait des dinosaures. C’était stupide, mais moi j’y croyais dur comme fer. J’étais terrorisée, j’avais peur, mais pas seulement pour moi. Pour elle aussi. Et elle, elle ne se moquait pas de moi, même si elle savait que ce n’était qu’un rêve. Elle était sérieuse, elle ne rigolait pas. C’est seulement plus tard qu’on en a rit. A deux, en se rappelant le bon temps.
Aujourd’hui, je suis en Corée, loin d’elle, loin de nos délires, loin de tout ce que j’ai vécu. Je n’ai encore aucun repère. Vivement qu’elle arrive. Je me sens vide sans elle, seule et affreusement perdue. Et le comble, c’est que je suis réellement perdue, je ne sais absolument pas où je suis. Perdue en plein Séoul, super ! En plus, en un mois, mon coréen est loin de s’être amélioré, j’ai beaucoup de mal à me faire comprendre. Ça n’a rien à voir avec les cours théoriques qu’on peut recevoir avec chance en Europe. Ici, ce sont des mitraillettes : ils balancent dix mots à la seconde, ont leur propre façon de parler, pas la même que celle de mon professeur... En me concentrant bien j'arrive à repérer un mot par phrase, un "le" ou un "la".

« Excusez moi, vous ne sauriez pas par hasard par où se trouve la rue XXXX ?»
Le visage de l’homme que je venais d’aborder se décomposa. Je soupirai. J'ai un accent français, soit. Mais faire ce visage, c'est limite de l'impolitesse. J'en ai assez, je sais, je suis nulle, je suis européenne, je ne sais même pas parler correctement coréen. Je n’ai rien à faire ici ! C'est bon, compris, plus la peine d'en rajouter.
«I’m really sorry but, do you know where is the XXXX road ? Please.»
On m’indiqua une rue à ma gauche. Si ça se trouve, ce n’était même pas par là. Vu le regard méprisant de l’homme, ça ne m’aurait même pas étonnée, il me dévisageait d’un air de dire «C’est pas écrit agence touriste, sur ma tête !». Mais je le sais, je ne suis pas une touriste bon sang, juste nouvelle dans le quartier ! Nouvelle et française...
J’ai repris ma marche, j’ai allumé mon Ipod puis j’ai marché dans la direction qu’on m’avait indiquée. J’espérais au moins ne pas m’être trompée dans la prononciation de la rue.
Même si je devais retrouver ma rue, mon regard s’est vite centré sur mes pieds, j’avançais juste en écoutant de la musique. Je n’avais pas spécialement envie de rentrer finalement. Ma journée était gâchée, j’aurais mieux fait de rester au lit ce matin. Quand j’ai relevé la tête, il y avait un troupeau de coréennes devant moi, avec quelque coréens tenant comme ils pouvaient la main de leurs petites amies qui essayaient elles aussi tant bien que mal de s’enfoncer dans la masse de personnes. Qu’est-ce qui pouvait provoquer un tel rassemblement ? Quelqu’un était mort ? La foule faisait du bruit, je ne pouvait même pas écouter ma musique en paix, même ça, on me le refusait ! Les FT Island étaient la seul chose qui pouvait encore me faire sourire ce jour, mais non... Et pourquoi criait-elle, cette foule, d’abord !?
«FT Island !! FT Island ! ...»
FT Island ? FT Island ! Mon sourire venait de réapparaître, comme instantanément à l’écoute de ce nom qui me faisait tant rêver. Était-ce possible ? Les FT Island ? Même si les furies qui étaient devant moi baragouinaient plus qu’autre chose, elles clamaient bien FT Island ? Je n’étais pas folle ? Quand j’allais dire ça à Lola !
Je me suis mise à courir, je ne pouvais pas les manquer ! J’ai traversé sans regarder, ni à droite, ni à gauche. Je n’ai même pas eu l’idée d’espérer qu’aucune voiture ne m’empile mais par chance, ce n’est pas arrivé. A mon tour, j’essayais haineusement de progresser à travers les gens qui semblaient être là pour m’encombrer le passage.
«Mais poussez vous !»
J’avais parlé en français, ils n’avaient pas réagis. Je voulais juste avancer un peu plus, avoir une chance de les voir ! Soudain, les mouvements se calmèrent, puis un cri commun résonna. Ils sortaient de leur vanne ? De leur maison ? Était-ce bien eux ? Je poussais les fans, marchais sur des pieds, écrasais tout sur mon passage, comme un rouleau compresseur. Si un couple se tenait la main je les forçais à se lâcher le temps de passer. Si quelqu’un était sur le point de tomber, je ne le retenais pas. Je continuais mon chemin. Il paraissait long, en fait, je n’avais fait qu’une poignée de mètres. C’était un vrai parcours de conbattant ! Finalement, je suis arrivée jusqu’aux barrières. Où sont-ils ?! Ils étaient sans doute déjà passés... Je les avais loupés ! Dans un triste soupire, j’ai baissé la tête et j’ai contemplé le sol. Je devais faire tache, moi, tout d’abord seule française, ensuite, la seule à avoir une mine si peu réjouie. L’agitation repris, je ne voulais pas relever la tête pour constater que l’allée entre le bâtiment et la route était encore déserte, je ne voulais pas réaliser ne serait-ce qu’un peu plus que j’avais loupé ma chance de les voir !
Ma vie n’était pas râtée juste pour ça ! Aller July, c’est pas la fin du monde ! Enfin… La fin de ton monde si... Allez souris, t’es en Corée.

Lentement la foule s’est dissipée et j’ai repris mon chemin, que je ne connaissais d’ailleurs toujours pas. J’avais l’impression de tourner en rond, n’étais-je pas passés dans cette rue plus tôt ? J’ai regardé mon téléphone, quelle heure est-il ? Lorsque que j’ai allumé l’écran ce n’est pas l’heure qui attira mon attention, c’est le cadre qui m’informait que j’avais deux appels en absence. Surprise, j’ai approché l’écran de mes yeux, comme pour confirmer ce que je lisais, m’assurer que je ne délirais pas. D’un seul coup, j’ai éclaté de rire, dans la rue. Qui pouvait bien m’appeler, en Corée ? Avec un numéro coréen, donc un Coréen ! C’était presque impensable. Mon portable était comparable à une vieille machine, c'était comme un silex face à un briquet. Moi j'avais le silex. Le numéro ne s'affichait que 20 ans après, c'était ChanRa qui avait appelé. Je ne me souvenais même pas que je lui avais donné mon numéro. On se connaissait peu. Mon téléphone se remit à sonner. Je n’avais pas dut l’entendre à cause de la foule...
«-July ?! July ?!
- Aissh, oui, je suis là ! J’écoute alors ne crie pas ! » Ai-je rappelé.
«- C’est ChanRa.
- Oui je sais, ça c’est affiché.. Qu’est-ce tu veux ?
- Beeen... Tu vas être super contente !
- Ah oui ?
- Oui

Elle a parlé avec plein d’entrain, alors je me suis efforcé de lui donné une réponse en quittant mon ton monotone. Mais j’imaginais difficilement que quelque chose puisse me mettre en joie après avoir loupé les FT Island, avoir perdu mon chemin, etc...
«- Et pourquoi ?
- Je suis trop forte !
- Mais encore ?
- Je t’ai trouvé un boulot !»
Elle avait parlé à une vitesse folle, déjà que je patauge lorsque qu’on me parle en face, mais si en plus on me mitraille au téléphone... Elle voulait ma mort ?
- Quoi ?! Aishh ChanRa, parle pas trop vite, j’ai du mal avec le coréen.
- Je, t’ai, trouvé, un, boulot, un travail, quoi ! Une source de rémunérations, tu sais...
- Ahhh ! Quoi ? Sérieusement ? Quoi ?
- Puis ça n’a pas était facile tu sais, comme tu es française... C’est plus dur, enfin, tu sais il y a toujours quelques stéréotypes sur les étrangers et... Mais je t’ai trouvé quelque chose. De plus ou moins potable.
- Tu me fais peur.
- Il n’y a pas de raison de s’inquiéter ! Demain, vas au XX rue des XXXXX vers dix heures. Ah, et oui... C’est un grand bâtiment, tu ne saurais pas te tromper !
- Hein ? Oh ! Mais c’est..
- Aish July, je dois te laisser, désolée, au revoir !
Bip.. Bip.. Bip..»

Ok.. J’ai un travail ! Je ne sais pas quoi. On me dit que comme je suis française, c’est plus dur... Donc je suis censé avoir un boulot merdique ? Elle était obligée de donner ma nationalité pour me faire embaucher ? Bon O-K., déjà pour m’embaucher sans me voir avant les gens doivent être cool... Ou vraiment manquer de main d’oeuvre tant le travail est merdique. J’ai peur ! Super. Qu’est-ce que je vais faire ? Et puis, ne pouvait-elle pas me donner plus d’informations ? Elle me largue avec un pauvre «Demain tu vas rue truc chouette à dix heure !». J’ai même pas pu noté le nom de la rue. Le nom de la rue ! Merde ! C’est quoi le nom de la rue ! Argh ChanRa, je te hais !

Finalement, j’ai repris mon chemin, mais, encore une fois, je ne savais pas où j’étais. Donc j’ai repris mon courage à deux mains, j’ai redemandé ma route à quelqu’un, de plus aimable cette fois. Sans doute moins pressée, elle a pris le temps de m’écouter. C’était une vieille dame, le genre de femme très active qui combat les difficultés imposées par l’âge. Qui sort et connaît tout un réseau de petits vieux. Celle qui va faire des compétitions de Scrabble le dimanche et rend visite à ses amis partis en maison de retraite. Elle avait des lunettes à la monture rouge et épaisse, des cheveux bouclés et courts. Elle était sympathique, elle !

Finalement j’ai réussi à rentrer chez moi. Je me suis écrasée -oui, écrasée, c’est bien le terme- sur mon lit. Je n'en pouvais plus de cette journée. Je n'ai même pas allumé la télé ni rien, je n'ai pas écouté de musique. Je suis resté étendue de tout mon long sur mon lit une bonne heure, peux être même deux. Je ne me suis relevée que pour me faire cuire des pâtes, de celles qu'on met dans un bol d'eau au micro-onde. La chose la plus simple au monde à cuisiner je pense. Mais même ça, j'avais la fainéantise de le faire. Après avoir mangé, je me suis rapidement changée et je me suis couchée dans les draps, en réglant mon réveil. Demain il faudrait que je me réveille tôt ! Ça aussi, c'était super. J'ai soupiré.
Cette nuit là, j'ai eu beaucoup de mal à trouver le sommeil : J'ai repensé à tout ce qui me tracassait. Lola c'est comme ma jumelle, en France on se surnommait «Les siamoises» car on est toujours collées l'une à l'autre. Je ne me suis jamais imaginée sans elle, et surtout pas aussi loin. Elle me manque, je suis pressée de la voir. Ça, c'est mon problème «lointain», et ici j'en ai d'autre. Comme mon emploi, enfin ce n'en est plus trop un. Mais je me demande dans quoi ChanRa m'a casée. Si ça se trouve, je vais devoir ramasser les ordures, être éboueur ou livrer le journal et le courrier ! Faire du vélo pour livrer les factures des autres et n'en tirer aucune reconnaissance... Enfin je ne pense pas, elle m'aurait dit de venir plus tôt sinon. Mais de toute façon, je ne sais même pas comment j'irai puisque je ne me souviens pas du nom de la rue... ni du numéro à vrai dire. Je devrais peux être rappeler ChanRa, mais je ne veux pas la déranger et je n'en ai pas envie non plus. Je dis que je veux me trouver un travail mais je ne m'en donne pas les moyens, ChanRa est super et moi je gâche tout. Et il y a les factures qui vont arriver, je gère pas sur ce coup là, je dois l'avouer. J'ai encore du mal à réaliser que je suis en Corée, que si je n'arrive pas à payer mon loyer Papa Maman ne pourront pas mettre au bout. Eux aussi, ils me manquent. Je n'avais pas réalisé avant, à quel point ils m'aidaient et à quel point je pouvais m'appuyer sur eux. Maintenant, quand je sors de la douche, je n'entends plus ma mère me dire qu'il faut passer un coup d'eau (Il aura fallu qu'elle me le répète jusqu'à mon départ pour que je le comprenne mais ce sera finalement rentré !). Quand je sors, il n'y a plus personne pour me demander si je me suis bien couverte, me rappeler de prendre mes clefs, mon téléphone etc. Quand je prépare à manger, personne n’est là pour me rappeler en râlant que je n'ai pas fait la vaisselle. La maison me manque. Je suis heureuse d'être ici, mais c'est un monde différent. « On appelle ça grandir », dit ma mère. J'ai semblerait-il «Pris mon envol». Mais en fait, il était peut-être un peu trop tôt. Je ne vais pas pouvoir étudier comme je le souhaitais, il va falloir d'abord que je me trouve un travail, et ce n'est même pas dit que je puisse suivre des cours en parallèle. Finalement, je n'étais pas si bien préparée que ça à partir. Je ne regrette pas, mais dans un sens, c'est inexplicable... Vivement que Lola arrive. Ça ira mieux.
J'ai saisi mon téléphone car finalement je pensais trop et ce serait un problème de moins. J'ai rédigé un SMS pour ChanRa.

« Tu pourrais me redonner l'adresse s'il te plaît ? Merci pour tout. July.»
Je n'ai pas attendu de réponse, j'ai éteinds mon téléphone pour être tranquille. Si demain elle n'a pas répondu, ce ne sera pas de ma faute. J'aurai fait mon maximum et je n'aurai rien à me reprocher.

J'ai réprimé un dernier soupire et j'ai laissé tombé un :
«- Mon dieu..., demain est un jour nouveau... Fighting July !»





Alors, c'était comment ?! Vous aimez ? J'espère, sinon ben j'attend vos conseils. Et si vous aimez je veux un commentaire en témoignant (a). Ca motive toujours, pensez y si vous voulez la suite ~
Revenir en haut Aller en bas
toye92

avatar

Messages : 403
Date d'inscription : 25/02/2011
Age : 22
Localisation : Devant l'ordinateur !

MessageSujet: Re: 01 - Prélude.   Mer 13 Avr - 19:09

Gniiiiih !
j'adoore ! j'adore ! j'adore ! j'adore !
Franchement, vivement la suite !!
Revenir en haut Aller en bas
Junnie

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 21/02/2011

MessageSujet: Re: 01 - Prélude.   Mer 13 Avr - 19:22

Vrai ? Ahh ca fait plaisir, je posterai la suite sooner dans ce cas ! *o*
Revenir en haut Aller en bas
toye92

avatar

Messages : 403
Date d'inscription : 25/02/2011
Age : 22
Localisation : Devant l'ordinateur !

MessageSujet: Re: 01 - Prélude.   Mer 13 Avr - 19:26

=D
Cool alors ! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Charlie

avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 27/02/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: 01 - Prélude.   Sam 16 Avr - 8:22

Tu sais bien ce que j'en pense moi aussi ! hein mon prit ! j'aime autant que je t'aime <3
Revenir en haut Aller en bas
Junnie

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 21/02/2011

MessageSujet: Re: 01 - Prélude.   Sam 16 Avr - 14:46

Ben t'as intérêt à aimer énormément, t'as intérêt à m'aimer énormément. (a). ♥
Revenir en haut Aller en bas
Charlie

avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 27/02/2011
Age : 26

MessageSujet: Re: 01 - Prélude.   Sam 16 Avr - 16:26

Je t'aime énoooooormement mon bichon ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Junnie

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 21/02/2011

MessageSujet: Re: 01 - Prélude.   Dim 17 Avr - 20:46

♥ Je t'aime ma Piny. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 01 - Prélude.   

Revenir en haut Aller en bas
 
01 - Prélude.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paradise Of Sims :: Coin partage :: Histoires :: Oh mon dieu ! ~-
Sauter vers: